Sencillio

En ce mercredi 22 juillet, nous nous retrouvons en pleine période de soldes. En effet, Covid oblige, les fameuses soldes d’été ont été décalées de trois semaines. Initialement prévues pour le mois de juin, elles ont finalement débuté le 15 juillet et dureront jusqu’au 11 août. Un moyen d’aider les commerçants à reconstituer leur trésorerie, durement affectée par les deux mois de confinement sans activité.

Dans ce contexte de crise sanitaire, cette édition 2020 des soldes d’été s’annonce peu communes. Mais en réalité, d’où viennent les soldes ? Pourquoi s’adonne t-on à ces moments de « fièvre acheteuse » plusieurs fois par ans, galvanisé par les baisses de prix ?

Un peu d’histoire 

Les premières soldes remontent au XIXe siècle, avec l’apparition de la grande distribution. Mais alors, qui a bien pu avoir cette brillante idée ? Le niveau de certitude n’est pas à 100%, mais un nom ressort lorsque l’on parle des premières soldes de l’histoire. Il s’agit de Simon Mannoury. Considéré comme un précurseur dans le domaine de la vente, il fonde en 1830 le « Petit-Saint-Thomas », premier grand magasin parisien. Il met en place de nombreuses choses révolutionnaires dans le domaine de la vente à l’époque, tels que des ventes à distances ou des prix fixes et clairement affichés. Auparavant, tout se faisait par négociation. Avec ce modèle de vente, les produits s’accumulent plus qu’avant et il y a des invendus. C’est dans ce contexte qu’il organise ainsi les premières soldes afin d’écouler les stocks des invendus de la saison grâce à des prix cassés.

Les soldes et la loi

C’est en 1906 que des lois sont créées pour encadrer les soldes et éviter les abus. Par exemple, les commerçants ont le droit de pratiquer des rabais seulement sur des articles mis en vente depuis au moins un mois avant le début des soldes. Les dates sont aussi fixées par la loi. Les soldes ne peuvent être réalisés qu’au cours de deux périodes par année civile. Des dérogations sont appliquées pour certaines zones touristiques ou frontalières et sur les territoires d’outre-mer.

En vrai les soldes, ça fonctionne ?

L’engouement pour les soldes a fortement diminué au fil du temps, mais sur internet, cela fonctionne de mieux en mieux.

Récemment, de nombreuses offres sont venues concurrencer les soldes comme les ventes privées ou les promos ponctuelles qui se multiplient. De ce fait, les résultats commerciaux des soldes sont en baisse. En septembre 2018, la loi PACTE a réduit leur période à quatre semaines afin d’améliorer leur visibilité et aussi le chiffre d’affaire des commerçants. 

Dans le contexte particulier de 2020, à quoi s’attendre ?

Il y a beaucoup d’incertitudes concernant les soldes cet été. En effet, avec les conséquences de la crise sanitaires, les traditionnelles ruées en boutique sont plus compliquées. Il faut s’organiser entre fortes affluences, gestes barrières, distanciation sociale et cabines d’essayages.

D’après un sondage IFOP pour Spartoo, 54% des Français entendaient renoncer aux soldes, ou du moins leur accorder un budget inférieur cette année. 42% des interrogés affirment tout de même que le contexte de crise n’aurait pas d’impact sur leurs achats et 62% d’entre eux destinaient leurs intentions d’achat à des articles de mode. 

En revanche, les achats sur Internet ont le vent en poupe. Ils avaient déjà connu une forte augmentation durant le confinement. Une bonne nouvelle pour les shops en ligne, moins bonne pour les petits commerçants.

D’ailleurs, chez Sencillio aussi, c’est les soldes ! Découvrez de nombreux articles à des prix cassés.